Kazakhgate: l’homme d’affaires Patokh Chodiev est inculpé en France pour «blanchiment»

Kazakhgate: l’homme d’affaires Patokh Chodiev est inculpé en France pour «blanchiment»

17:42 16.09.2019

Le Belgo-ouzbek est mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. En cause : deux valises de cash de 800.000 et 5 millions d’euros qui auraient été remises, en 2010 et 2011, à l’ex-avocate de Patokh Chodiev.

Les enquêteurs français remontent la piste de l’argent liquide. La piste la plus « solide » dont ils disposent dans le dossier du Kazakhgate.

Selon les informations du Soir, du Standaard et du Vif/L’Express, l’homme d’affaires belgo-ouzbek Patokh Chodiev a été mis en examen (inculpé) à Paris, le 29 mai dernier, au terme de trois jours d’interrogatoire. La mise en examen concerne le « blanchiment de fraude fiscale et de tous crimes et délits ». L’homme d’affaires est soupçonné d’avoir remis 800.000 euros, fin 2010 à Paris, puis 5 millions d’euros un an plus tard à Zurich, à son ex-avocate Catherine Degoul et à un « porteur de valises ». En grosses coupures. Un grand mystère plane sur les destinataires finaux de cet argent cash. L’enquête devrait se poursuivre pour tenter de l’élucider. En revanche, pour les préventions de « corruption active d’agents publics » (notamment le volet « Armand De Decker ») le Belgo-Russo-Ouzbek a été placé sous le statut de témoin assisté. Un statut moins incriminant que la mise en examen. Sollicité par l’entremise de son avocat, M. Chodiev n’a pas donné suite à notre demande de commentaire.

En Belgique, enquête terminée

Côté belge, on apprend via le parquet général de Mons que l’enquête est terminée. Patokh Chodiev a été entendu également en Belgique, le 22 juin dernier. Il n’a pas été mis en cause suite à cet interrogatoire. L’enquête judiciaire belge ne devrait pas survivre à la disparition, le 12 juin 2019, d’Armand De Decker, qui était le seul inculpé du dossier. L’enquête montoise sera bientôt transmise à la Cour de cassation qui décidera de la suite (et fin ?) de la procédure.