Sarkozy et les contrats avec le Kazakhstan: mais où est passée la montre à 44 000 euros?

Sarkozy et les contrats avec le Kazakhstan: mais où est passée la montre à 44 000 euros?

03:54 08.08.2014

 

En septembre 2009, un milliardaire belgo-kazakh offrait une montre en or blanc au conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy pour l’Asie centrale, Damien Loras. Le magazine belge Le Vif/L’Express, qui a révélé l’information en janvier 2013, a alors recueilli les confidences du diplomate, devenu depuis consul général de France au Brésil.

[Exclusif] En janvier 2013, l’hebdomadaire belge le Vif/L’Express révélait que le conseiller diplomatique de l’Elysée pour l’Asie centrale, Damien Loras, avait reçu en cadeau une montre d’une valeur de 44 000 euros d’un milliardaire belgo-kazakh et passé des vacances sur son yacht. Des faits qui se sont déroulés sous la présidence de Nicolas Sarkozy, en septembre 2009, que la justice soupçonne d’avoir fait pression sur des parlementaires belges pour sauver la la mise à trois responsables kazakhs afin de consolider une vente d’hélicoptères, nous apprenait Le Monde mardi. 

Extrait de l’interview à retrouver dans son intégralité sur le site du Vif.  

Le Vif/L’Express: Avez-vous reçu une montre de Patokh Chodiev d’une valeur de 44 000 euros en septembre 2009, facturée par le bijoutier parisien Kronometry 1999?

Damien Loras : Cette montre m’a, en effet, été offerte par Monsieur Chodiev. Je ne l’ai pas acceptée. Elle a été stockée dans un coffre de l’Elysée où elle se trouve toujours. Les cadeaux, on en reçoit souvent. Le tout est de savoir ce qu’on en fait. Ici, la montre se trouve dans un coffre de l’Elysée.  

Avez-vous passé une partie de vos vacances de l’été 2012, avec votre femme, sur le nouveau yacht de Monsieur Chodiev?

Euh, mais… Je ne vois pas pourquoi vous me posez ce genre de question. Je ne sais pas qui vous informe. Ou plutôt, je sais. Cette personne est mal intentionnée car elle a voulu se poser comme intermédiaire dans les relations franco-kazakhes, mais nous l’avons exclue. Elle nous en a tenu rancune. 

Donc, vous n’avez pas passé vos vacances sur le yacht de Chodiev?

Je n’ai pas à rendre compte de ce que je fais de mes vacances. Monsieur Chodiev est un interlocuteur important du gouvernement français et une personnalité importante au Kazakhstan. J’ai eu des relations avec lui. Sur ce qui concerne ce que je fais de manière privée, je ne vous réponds pas. Mais ne prenez pas mon absence de réponse comme une confirmation. Je ne veux pas rentrer dans ce jeu.  

Même chose pour la soirée de gala, le 11 août 2012, à l’hôtel Casa Di Volpe en Sardaigne en présence de Messieurs Chodiev et Machkevitch? Y étiez-vous?

Encore une fois, je ne réponds pas à des questions d’ordre privé. En ne répondant pas, ça ne veut pas dire que je confirme. Je refuse de me prêter à ce jeu. Surtout vis-à-vis d’une personne malveillante.  

Mais, quand Chodiev vous offre une montre de 44 000 euros, cela signifie quoi pour vous?

Je trouve curieux que vous m’interrogiez sur ses motivations. Je peux juste vous renseigner sur les miennes. Peut-être que des gens riches ont l’habitude de faire ce genre de cadeaux à leurs interlocuteurs. L’important est que le fonctionnaire qui le reçoit le refuse.  

Mais pourquoi ne pas avoir rendu la montre?

Si, demain, je vous envoie une boîte de caviar à plus de 500 kilomètres de distance, vous aurez du mal à me la renvoyer. C’est la même chose pour la montre. Je l’ai fait stocker devant témoins dans un coffre à l’Elysée. En France, on n’a pas de règle. C’est une déontologie personnelle.

@kompromatykorrupcia34.kharkov.ua