Ces curieux espions de Nicolas Sarkozy

09:25 14.10.2014

Dans ces dernières enquêtes, l’une concerne le Kazakhstan. Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir aidé l’actuel autocrate kazakh à protéger l’un de ses proches, un certain Patokh Chodiev, des griffes de la justice belge. A l’époque, la Sarkofrance travaillait pour convaincre le Kazakhstan d’acheter des hélicoptères français, une affaire finalement conclue en 2011.

Une enquête a été ouverte pour « corruption d’agents publics étrangers » et « blanchiment en bande organisée ». Mediapart révèle que les les juges Roger Le Loire et René Grouman ont récemment demandé les archives de Damien Loras, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, à la Présidence de la République.
Selon le Monde, un chargé de mission à l’Elysée entre 2008 et 2011 a également reçu quelque 300.000 euros d’une avocate de l’oligarque kazakh. Ce sont ces versements qui ont éveillé la curiosité de Tracfin.
Patokh Chodiev était présent à l’un de ses dîners de l’Atlantique, détaillé sur le blog Sarkofrance, où l’autocrate Nazarbaëv rencontra toutes sortes de patrons d’entreprises françaises.
Des Barbouzes pour protéger Sarko ?
C’est la révélation incroyable de ces derniers jours. Valeurs Actuelles, l’hebdo de la droite furibarde, a en effet relayé avec de multiples détails les détails de l’enquête de deux journalistes d’investigation du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme. De tels détails que l’évidence s’impose: quelqu’un a fait suivre ces deux curieux.
Le journal Le Monde va porter plainte.
Mais ce n’est pas tout. Depuis le début du mois de septembre, relate Mediapart, Gérard Davet, Fabrice Lhomme et leurs familles «ont été l’objet de menaces de mort sérieuses et détaillées parvenues à leurs domiciles, et sont placés depuis lors sous protection policière.»
Dans quel pays vivons-nous ?
D’après le site d’informations, les officiers de sécurité affectés à la protection des deux journalistes, ont confirmé l’espionnage, une accusation des plus graves: «Selon nos informations, ces officiers de sécurité ont, en revanche, surpris à deux reprises des voitures suspectes qui filaient Davet et Lhomme, et dont un passager prenait des photos.» Et il ajoute: «La piste d’une officine barbouzarde lancée aux trousses des deux journalistes est donc plus plausible.» L’hypothèse d’officines privées travaillant pour Sarkozy ne date pas d’hier.

D’autres magistrats impliqués dans l’une ou l’autre des enquêtes sur les affaires de Nicolas Sarkozy, ont été la cible de révélations d’informations ayant trait à leur vie personnelle.

©kompromatykorrupcia34.kharkov.ua