Kazakhgate – L’audition à distance de Patokh Chodiev n’a pas appris beaucoup aux députés

17:39 06.12.2017

L’audition de Patokh Chodiev par la commission d’enquête parlementaire n’a pas appris grand chose aux députés, est-il apparu mercredi à l’issue d’une séance à huis-clos. Le milliardaire belgo-ouzbek est au centre de l’affaire du « Kazakhgate » qui occupe la commission d’enquête parlementaire constituée à la suite des révélations sur la transaction pénale dont il a bénéficié en compagnie de deux autres hommes d’affaires. L’homme avait d’abord refusé de se présenter devant la commission avant qu’une formule de rechange ne soit trouvée, à savoir une audition par videoconférence depuis l’ambassade belge à Moscou.

Si l’audition s’est bien déroulée d’un point de vue technique, elle n’aura pas appris grand chose aux députés. L’intéressé a fait valoir son droit au silence. « Je n’ai pas été en capacité de poser les questions que je voulais poser à M. Chodiev, sur sa naturalisation, sur l’intervention du président du Kazakhstan auprès du président de la République française pour l’aider à se sortir de ses ennuis judiciaires, etc. », a expliqué le député Georges Gilkinet (Ecolo). « M. Chodiev était invité en tant que témoin mais nous avons entendu une sorte de plaidoyer de quelqu’un qui s’estime victime d’un système politique, juridique et médiatique », a confié Francis Delpérée (cdH).

Cette audition était la dernière de la commission qui va poursuivre son travail sur ses recommandations.

©kompromatykorrupcia34.kharkov.ua