La commission d’enquête Kazakhgate convoque Patokh Chodiev pour le 8 novembre

07:08 11.06.2017

La commission d’enquête sur le Kazakhgate a convoqué le milliardaire belgo-ouzbek Patokh Chodiev pour une audition le 8 novembre. Ce délai est lié aux obligations légales que la commission doit respecter. L’avocat de M. Chodiev a déjà indiqué, la semaine dernière, que son client n’avait pas l’intention de se présenter devant le Parlement. Patokh Chodiev se trouve au centre des travaux de la commission d’enquête. Celle-ci examine s’il y a eu immixtion dans l’élaboration et l’application de la transaction pénale élargie en 2011. Patokh Chodiev et deux associés – Alijan Ibragimov et Alexander Mashkevitch – ont été parmi les premiers à faire usage de cette possibilité en 2011.

Patokh Chodiev avait d’abord été invité à comparaître la semaine dernière devant la commission d’enquête, mais ne s’y est pas rendu. Il estime que la commission n’a pas travaillé de manière objective et l’a traité dès le départ comme un coupable. La commission a alors dû avoir recours à une citation à comparaître, envoyée vendredi.

Vu que le lieu de résidence légal de Patokh Chodiev se trouve à Moscou, la commission d’enquête doit respecter un délai de 90 jours pour pouvoir constater s’il donne suite à la citation, a confirmé le président de la commission, Dirk Van der Maelen, au quotidien La Capitale.

Cela pourra se faire au plus tôt le 9 novembre, en comptant les délais pour traduire la citation et s’assurer qu’elle est arrivée à destination, ce qui pourrait en fait prendre plus de temps que prévu, puisqu’il existe des indications que le milliardaire résiderait désormais officiellement en Suisse. S’il ne donne pas suite à la citation, la commission d’enquête déposera plainte auprès du procureur général de Bruxelles.

La même décision a été prise pour Alijan Ibragimov. Alexander Mashkevitch, qui n’a jamais pu devenir Belge, ne peut pas être forcé à comparaître.

©kompromatykorrupcia34.kharkov.ua